Période probatoire : signification, droits et congés

Dans la période initiale d’une relation de travail nouvellement conclue, la période d’essai vise à donner au patron une première impression de la façon dont vous vous débrouillez au travail et à vous donner l’occasion de savoir si vous vous sentez à l’aise dans votre nouveau poste.

Enfin, la grande majorité des relations de travail sont conclues pour une durée indéterminée, de sorte que dans les entreprises de plus de cinq salariés, la protection contre le licenciement prévue par la loi sur la protection contre le licenciement prend effet après six mois. Il est donc tout à fait compréhensible que les employeurs, en particulier, attachent de l’importance à une période d’essai plus ou moins appropriée.

Quelle est la durée de la période probatoire ?

La durée de la période d’essai fait généralement l’objet d’un accord, à moins que des conventions collectives ou des dispositions légales particulières (comme un à trois mois pour les stagiaires) ne stipulent une période spécifique. En moyenne, la période d’essai dure de trois à six mois. Dans le cas de professions particulièrement exigeantes (par exemple dans la recherche), une période probatoire peut également être d’un an.

Comment la période d’essai est-elle convenue dans le contrat de travail ?

Il y a deux possibilités :

– Une période d’essai peut être conclue comme une relation de travail à durée déterminée, avec la perspective d’une relation de travail illimitée à la suite d’un résultat positif.

– Dès le début, une relation de travail illimitée est conclue, dans laquelle une certaine période est insérée comme période d’essai.

Pour les salariés, la deuxième option est bien sûr plus sûre. Après tout, qui sait si le patron tiendra effectivement sa promesse à la fin de la période d’essai, qui est limitée dès le départ, et proposera ensuite une relation de travail pour une durée indéterminée ?

Une relation de travail à durée déterminée à l’essai se termine sans pitié à la date convenue – sans préavis. Toutefois, le patron ne peut pas vous informer le dernier jour ouvrable qu’il ne souhaite plus travailler avec vous.

Sauf si un droit de résiliation ordinaire a été expressément convenu, les deux parties ne peuvent pas mettre fin prématurément à la relation de travail d’essai à durée déterminée. Toutefois, une résiliation extraordinaire est autorisée à tout moment.

Les femmes salariées qui tombent enceintes pendant une période d’essai limitée ne bénéficient pas de la protection spéciale contre le licenciement prévue par la loi sur la protection de la maternité. Ils doivent quitter l’entreprise à la fin de la période d’essai.

Ce n’est que si la durée de contrat convenue a déjà été dépassée et que le patron vous laisse travailler sans entrave que vous pouvez insister pour être embauché en tant que salarié permanent.

Droits dans le cas d’une période probatoire en amont

En cas de période d’essai précédant une relation de travail illimitée, les deux parties peuvent résilier le contrat moyennant un préavis de deux semaines. Toutefois, ce court délai de préavis ne s’applique que pendant les six premiers mois de la relation de travail, même si une période d’essai plus longue que six mois a été convenue. Par la suite, le délai de préavis de base général de quatre semaines jusqu’au 15 ou à la fin d’un mois civil s’applique. D’autres périodes peuvent également être stipulées dans les conventions collectives.

La résiliation extraordinaire est généralement autorisée s’il existe un motif valable. Toutefois, une résiliation extraordinaire pour cause de performances insuffisantes serait problématique. Après tout, vous êtes encore en phase de familiarisation. Pour cette raison, il faudrait qu’il y ait de très graves insuffisances de travail qui rendent impossible une exécution ordonnée du travail pour justifier un licenciement extraordinaire pour cette raison. L’employeur doit également consulter le comité d’entreprise avant de donner son préavis pendant la période d’essai.

Au cours d’une période d’essai précédente, les salariées enceintes sont soumises sans restriction à la loi sur la protection de la maternité et bénéficient donc également d’une protection spéciale contre le licenciement.

Que gagnez-vous pendant la période d’essai ?

Si vous recevez un salaire lié à une convention collective, vous ne pouvez pas gagner moins pendant la période d’essai. Si vous êtes rémunéré au-dessus du barème général, certaines entreprises rémunèrent initialement un peu moins pendant la période d’essai. Vous recevrez alors le salaire complet seulement après. Mais ne comptez pas sur des engagements verbaux lors de l’entretien. Pour être sûr, faites inscrire dans le contrat que le salaire sera augmenté après la période d’essai.

Êtes-vous autorisé à partir en vacances pendant la période d’essai ?

Selon la loi fédérale sur les congés, vous n’avez généralement droit à un congé qu’après six mois de travail. Si vous quittez l’entreprise avant cela, vous pouvez faire payer votre droit aux vacances en espèces. Le montant que vous obtenez dépend du niveau de votre revenu moyen. Vous pouvez donc déjà gagner quelques points.

Toutefois, pendant la période d’essai, vous n’avez normalement pas droit à un pécule de vacances. Il s’agit d’une prime spéciale de fidélité à l’entreprise qui ne doit pas être confondue avec la compensation financière des congés.

Que faire si vous tombez malade pendant votre période d’essai ?

Conformément à la loi sur le maintien de la rémunération, tous les salariés qui ont été employés dans une entreprise pendant au moins quatre semaines ont droit au maintien de leur rémunération pendant une période de six semaines.

Toutefois, en cas de maladie prolongée, on peut se demander si la période probatoire remplit toujours son objectif réel d'”examen mutuel”. En cas d’absences de quatre à six semaines (sur la base d’une période d’essai de trois mois), l’employeur peut donc demander que la période d’essai soit prolongée en conséquence. En revanche, une absence d’une semaine due à un rhume ne serait pas pertinente.

Y a-t-il un droit à un certificat ?

Vous pouvez demander un simple certificat même si vous n’avez terminé que la période d’essai de deux semaines. Toutefois, vous n’avez droit à un certificat qualifié qu’après une période d’emploi plus longue.

Toutefois, après une courte période d’essai, vous ne devez pas trop attendre d’un tel témoignage. En tout état de cause, il doit indiquer les tâches qui vous ont été confiées.

Quand le patron doit-il montrer ses couleurs ?

Si la fin de votre période d’essai approche lentement et que le patron est toujours en retard sur son bilan, vous devez lui demander calmement quelles sont vos chances de réussite. Après tout, si vous ne pouvez pas rester dans l’entreprise, vous devez vous réorienter en temps utile.

Si votre patron ne vous annonce la mauvaise nouvelle (et le licenciement) que le dernier jour, alors qu’il ne vous a jamais donné l’impression pendant toute la période d’essai qu’il était insatisfait de votre travail, vous ne devez pas le supporter. Dans ce cas, il y a probablement violation du devoir de diligence, de sorte que vous pouvez poursuivre l’employeur en dommages et intérêts. Avant de le faire, vous devriez demander un avis juridique.

Période probatoire : jugements importants

Une période d’essai sans argent ?

Un accord selon lequel l’obligation de payer une rémunération pour une période d’essai de 14 jours ne devrait survenir que si un contrat de travail est conclu par la suite est immoral.

Pas de période d’essai supplémentaire pour les formations supérieures

Si une formation dite “par étapes” est achevée (formation continue après l’achèvement d’une étape de formation avec un nouveau contrat de formation pour la formation dans l’étape suivante), le début de la relation de formation professionnelle est considéré comme la première étape de formation. La période d’essai est donc remplie par la période d’essai convenue à ce stade. L’accord d’une nouvelle période probatoire dans la phase suivante n’est donc pas autorisé.

Période probatoire même après le braconnage

Même pour les employés qui ont été débauchés d’une autre entreprise, la période d’essai de six mois s’applique en principe dans la nouvelle entreprise, à moins que cela n’ait été exclu par contrat.

10 façons simples d’améliorer votre petite entreprise
Principes de base de la planification d’entreprise pour les petites entreprises